...
La technique " humide sur humide" est sans nul doute la plus complexe, mais aussi la plus fondamentale de toutes les techniques et méthodes d'aquarelle.
Elle concentre toutes les qualités de ce médium, et repose surtout sur une connaissance approfondie de l'eau .
Pour bien comprendre et pratiquer au mieux cette technique , il faut donc prendre le temps de comprendre et d'analyser les interactions entre l'eau, le papier, les pigments.


"Une vague" - Aquarelle humide - Ch. Lopez Rascol

La première étape est de savoir mettre en eau votre papier et bien connaître le cycle de l'eau.

- Avant tout travail : installez-vous tout d'abord au mieux ("installation" : relire ici) sans oublier de fixer votre papier dans les « règles de l'art »… même pour un petit exercice.

Thomas " bien installé" ... il y a quelques années 😉

- Puis prenez un gros pinceau, genre pinceau mouilleur ou pinceau chinois, (pour le matériel : relire là  ) et posez abondamment de l'eau sur toute la surface du papier … attendez … vérifiez que toute la surface soit bien brillante et cela de façon régulière ….
Sinon n'hésitez pas à continuer à mettre de l'eau.
En effet l'eau est posée sur toute la surface , mais doit pénétrer en profondeur dans les fibres du papier et cela de façon uniforme
L'effet n'est pas immédiat, et un papier d'aquarelle n'est jamais trop imbibé ; il doit être trempé à cœur.
Cela peut demander un petit moment selon le grammage, la qualité et la taille de votre papier … le papier peut boire énormément … Observez !…
Si, à la fin de votre mise en eau, il y a un surplus d'eau dans certaines parties, enlevez-le : pour cela essorez alors la pointe de votre pinceau et absorbez par capillarité le trop plein.

Pour mouiller à cœur un papier il est possible de le passer aussi sous le robinet ou de l'immerger dans une bassine d'eau quelques minutes, avant de le fixer sur votre support ... ou bien d'insérer entre la feuille d'aquarelle et le support un papier buvard qui retiendra l'eau plus longtemps.

Un papier correctement humidifié, c'est un cycle de l'eau allongé et donc davantage de temps pour votre travail.

Quand votre papier est bien brillant ….
Vous pouvez commencer !…
C’est à dire tout d'abord attendez et observez !

Le papier va passer par plusieurs stades que vous devez apprendre à reconnaitre : en effet l'eau pénètre dans les fibres et s'évapore aussi en partie ...
Le moment idéal pour commencer à poser les pigments donc la couleur est quand votre papier en est au "stade 4 ou 5"(cf. photo suivante) : c'est à ce moment que le pigment va bien pénétrer aussi dans le papier et que vous allez pouvoir commencer " à jouer avec lui".

Si vous posez le papier sur une surface trop mouillée, le pigment glisse et va " où il veut" ...
Si le papier est trop sec , vous ne pourrez plus travailler les caractéristiques d'un travail dans l'humide ...

( Dans cet exemple j'ai coloré l'eau pour mieux la voir sur la photo, mais apprenez à observer ces différents stades avec de l'eau pure)

La mise en eau du papier peut concerner la surface du papier dans sa totalité : on parle "d'inondation totale", mais peut aussi concerner que certaines parties , on parle alors "d'inondations partielles".

Pensez que ce travail d’aquarelle est un travail "vertical", tenez donc votre pinceau le plus souvent bien vertical ; jouez la capillarité : le "véhicule" de votre pigment, c'est l'eau!
Ne frottez pas ! ... Travaillez lentement en vous mettant au rythme du papier...

5 Thoughts on “La technique “humide sur humide” … La mise en eau” …

  1. Gisèle Bueno on 20 novembre 2017 at 11 h 31 min dit:

    Merci beaucoup Christine c est si intéressant et étrange pour quelq un qui ne maitrise pas l aquarelle.

  2. Gisèle Bueno on 20 novembre 2017 at 11 h 35 min dit:

    Pour faire ta vague,as tu mouillé toute ta feuille ou laissé les endroits ou le coup de pinceau est bien net – les rochers la mouette…- au sec

    Biz

    • L'ocre Bleu on 20 novembre 2017 at 12 h 00 min dit:

      Le travail en humide se fait souvent en plusieurs étapes ; et tu as bien analysé ! quand on veut des surfaces bien nettes il faut le faire à sec. Tu es prête pour essayer ! …

  3. Qu’elle est belle cette vague 🙂 bon, bin…. On va s’entrainer, puis s’entrainer… puis s’entrainer… puis…. Lolll :)))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation