...
Il est tellement devenu habituel que son existence semble anodine et pourtant l'invention et la commercialisation à grande échelle du tube de peinture a bouleversé l'histoire de la peinture occidentale.

(cf: le tube de peinture : son histoire")

Il a tout d'abord ouvert de nouvelles possibilités qui ont renouvelé la pratique picturale.

En effet celui-ci rend la peinture transportable : l’artiste peut ainsi de plus en plus facilement aller peindre en extérieur alors qu'auparavant les peintres restaient largement confinés dans leurs ateliers.

Bien entendu il était courant d'aller dans la nature pour dessiner, mais il s'agissait alors de faire des études, des croquis préparatoires, des esquisses qui servaient ensuite de base à l’œuvre finale, celle-ci étant toujours une reconstruction, une réinvention et non une représentation faite directement d'après modèle.
La peinture de la deuxième moitié du 19e siècle sort de plus en plus de l'atelier pour aller au contact de la réalité, pour représenter la nature telle qu'elle est, autant le paysage que le quotidien.
Munis de tubes de peinture déjà préparés et faciles à transporter, les peintres peuvent plus facilement s’évader de leurs ateliers et travailler en plein air, pour capter une atmosphère ou traduire la lumière d’un paysage.



"Impression soleil levant" - Monet

Le tube de peinture combiné à d'autres inventions qui lui sont contemporaines,
comme le chevalet pliable, l’apparition de la photographie
et le train ont rendu possible et de plus en plus facile
le travail sur le vif en plein air même loin de chez soi.

"Sans tubes de peinture, il n'y aurait pas eu d'impressionnisme." - Renoir

Le développement de l'impressionnisme comme des courants qui vont suivre est donc en partie des conséquences de l'invention du tube de peinture tout comme les styles des peintres qui pratiquent "le plein air".

Car la possibilité de peindre en extérieur fait naître des contraintes inconnues de l'atelier et notamment celle du temps : peindre un paysage sur le vif nécessite d'aller relativement vite, de capter la lumière avant que le soleil ne se couche où l'ombre ne tourne.

La touche est rapide, visible et donc certaines parties de leur tableau sont les conséquences de cette vitesse qu'il faut mettre en œuvre pour terminer ou pour avancer suffisamment afin de fixer l'essentiel.

Très vite ce qui était dû à la contrainte fait style,
ce sont de plus en plus les possibilités de la schématisation….
une fois ces portes ouvertes !

- Nous pouvons aussi nous demander si la couleur pure sortie du tube directement sur la palette n'a pas amené les artistes du 20e siècle plus loin dans la peinture …
Telle la notion de « produits tout fait » et d'autres qui n'ont pas à être produites par les artistes ainsi que le dit Marcel Duchamp ( Le « Ready made »)

- En effet la mise à distance de la partie la plus concrète du métier du peintre change la relation de celui-ci à son art et entraîne un oubli des données les plus matérielles du processus de création.
L'orientation se fait vers un métier de moins en moins artisanal qui accentue aussi la « spiritualisation de l'art ».

Celle-ci est déjà présente depuis la Renaissance : pour Léonard de Vinci, la peinture est « chose mentale » ( « cosa mentale »), mais ceci prend de l'ampleur avec la mise à distance de la partie la plus technique du métier du peintre jusqu’à aboutir à la théorie (et à la pratique) de Wassily Kandinsky par exemple.

                                           " Jaune, rouge, bleu" - Kandinsky

- L'apparition du tube de peinture a changé également les relations entre les artistes et a contribué à faire disparaître l'atelier tel qu'on l'a décrit précédemment pour le transformer de plus en plus en espace individuel.
En effet plus besoin pour l'artiste, pour le maitre, d'employer des apprentis pour broyer les pigments et l'assister quotidiennement …
                                          Il suffit d'acheter des tubes !

Même si pourtant cette part du travail continue d'exister : il faut bien produire ses tubes de peinture ! Mais elle se fait de façon désormais industrielle : travail qui n'est pas reconnu comme faisant partie de l'acte de l'art pictural et dont le produit n'appartient pas aux producteurs, contrairement aux œuvres d'art justement.

- Le tube de peinture va permettre aussi à un nombre de plus en plus grand de personnes de s'essayer à cet art et l’artiste débutant n'a plus autant besoin de développer son propre savoir faire.


- Le passage dans l'atelier d'un maître peut d'ailleurs paraître inutile voire néfaste : s’il dépasse les quelques bases fondamentales en dessin et en peinture, le maître ne risquerait il pas de brider la personnalité de l'esprit de l'artiste en herbe ?
Celui-ci a ses propres habitudes, ses propres conceptions et donc le risque pour l’élève serait d'en faire un imitateur avec un ersatz de talent ; le passage chez un maître se fait donc de plus en plus rare et de plus en plus court, il peut même donner lieu à des conflits.

Nombreux sont les artistes du 19e à quitter l'atelier souvent même avec fracas... Autodidactes ils sont !

- Lorsque les peintres travaillent encore en atelier c'est de plus en plus rarement dans un rapport hiérarchique mais plutôt dans un rapport d'égalité, d'association entre plusieurs artistes désirant partager un lieu pour des raisons esthétiques ou pour des contraintes matérielles.

En conclusion :

Le tube de peinture est le symbole historique dans le domaine de l'art, dans la façon dont l'industrialisation a changé les modes de production, les relations des êtres humains entre eux et des êtres humains aux choses.

Ce ne sont pas les peintres qui ont fait d'eux-mêmes le modernisme mais bien plutôt le modernisme qui les a fait devenir moderne.
Au delà du tube de peinture plusieurs facteurs interviennent ( contexte historique formé par l'interaction d'une multitude de choses : environnement, division du travail, évolution technologique, connaissance, croyance, éducation, structure sociale, mode de production, idéologie, épidémie, guerre, découverte … ) qui font l'histoire de l'art.

La plupart du temps, l'histoire de l'art se décrit sous la forme d'une succession de périodes, de courants artistiques comme si celles-ci étaient autonomes du reste de l'histoire ; comme si les artistes inventaient des styles à partir de rien ou à la rigueur à partir des créations d'autres artistes dont il s'inspire.

Cela est dû au cadre de notre temps, à l'individu au centre de tout.

Or, si on espère comprendre les œuvres d'art du passé on ne peut se contenter d'étudier leur qualité formelle, de parler de style ou de courant il faut remonter jusqu à leurs conditions de production et à leur contexte culturel pour espérer voir comment ceci engendre ces singularités que l'on nomme des œuvres et des artistes.

Cette démocratisation de l'acte de peindre, en grande partie due à l'invention de ce petit tube a donc obligé les peintres pour être reconnus comme des artistes de valeur à emprunter de nouvelles voies pour leurs pratiques, hors des sentiers battus pour produire quelque chose d'original, de surprenant, de novateur, quelque chose de singulier...
                         Toute l'histoire de l'Art Moderne puis Contemporain !

           Et nul doute que vous allez regarder vos tubes de peinture différemment !

Arman - 2003
Acrylique et tubes de peinture sur plaques de plexiglas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation