...

Le temps est une " notion fondamentale conçue comme un milieu infini
dans lequel se succèdent les évènements "
( Première définition du Larousse).

Le mot "temps" vient du latin " tempus"
dont la racine signifie " couper, diviser".
Il désigne ainsi l'une des caractéristiques principales du temps qui " fauche" ,
qui " moissonne" les heures de la vie.

Depuis quelques semaines, nous tentons de poser cette notion abstraite
sur le papier ou la toile pour la rendre visible et accessible.
Nous ne sommes pas les premiers à nous interroger sur la représentation du temps.

Le temps est représenté symboliquement ( surtout à la Renaissance et à l'époque Baroque) sous les traits d'un vieillard barbu, ailé et dénudé qui s'appuie sur une béquille, ou tenant dans ses mains, un sablier, une faux ou une serpe, et l'ouroboros.

 

Zampa

Giacomo Zampa
Allégorie du temps, XVII° s.
Palais Lombardini Monsignani, Forli

Les représentations de Saturne ailé à la Renaissance se fondent sur " le Triomphe du temps " de Pétrarque.
Saturne  peut être représenté aussi avec quatre ailes : deux ailes repliées pour le " temps écoulé" et deux ailes ouvertes pour le temps à venir..

La faux, est un attribut originel de Sature, divinité agricole qui présidait aux moissons. Elle symbolise le caractère inexorable du temps qui passe, et le sablier, l'écoulement irréversible du temps.

Mais la représentation iconographique du temps trouve son origine dans la fusion au Moyen-Age de deux divinités que sont Cronos, le père de Zeus ( Saturne pour les romains) et Chronos, le dieu grec du temps.
Cronos, principe cosmique qui s'oppose au devenir de l'univers, représente l'immutabilité et l'irréversibilité des évènements.
Il est figuré en train de dévorer ses enfants. Son émasculation et son exil aux confins du monde traduisent le caractère inéluctable de la constitution d'un nouvel ordre cosmique.
Au Moyen-Age, il sera progressivement identifié avec la Sagesse ( par les illustrations de " De universo " de Raban, de la "Cité de Dieu" de Saint Augustin, de " l'Ovide moralisé" ou du " Fulgentius metaforalis").
Cette transposition jouit d'une extarordinaire diffusion à la Renaissance, faisant de Saturne la plus haute manifestation de la pensée.

GoyaFrancisco Goya
Musée du Prado- Madrid


Quelques exemples "autres"  de représentation :

En tant que ministre de la Mort, à laquelle il fournit les victimes prédestinées, le Temps peut être représenté sous l'apparence d'un démon aux dents de fer, dressé au milieu des ruines ou d'un paysage aride et désolé.
En tant que père de la Vérité, remplissant la fonction positive de " révélateur", il est figuré dans de nombreuses allégories morales en train de couper les ailes de Cupidon.
Comme divinité du tempérament mélancolique, il est représenté sous les traits de Saint Jérôme en méditation.

En savoir + :

"Symbole et Allégories" de Mathilde Battistini chez Hazan
"Iconologie" Césare Ripa
http://entreleslignes.over-blog.fr/article-saturne-devorant-l-un-de-ses-enfants-38804418.html

2 Thoughts on “” Peindre et représenter le temps ” …

  1. roux sophie on 26 novembre 2014 at 9 h 01 min dit:

    quelle horreur!!!!! manger ses enfants

  2. L'ocre Bleu on 26 novembre 2014 at 9 h 21 min dit:

    Et oui ! … A l’origine, selon la mythologie grecque et romaine, Saturne, ou Cronos, trancha le pénis de son père Ouranos parce que celui-ci empêchait Gaïa d’accoucher des Titans en la pénétrant sans relâche. Pour se venger, Ouranos lança une malédiction sur Cronos, lui promettant que son propre fils se retournerait contre lui quand il aurait atteint l’âge adulte. Ainsi pour éviter que la malédiction, Cronos dévorait un à un ses enfants …
    Terrible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation