...

Si le pastel à la cire, créé pour donner aux artistes et aux étudiants des Beaux arts, un outil de création " immédiat", est une technique récente :
Les premières craies de cire sont produites par la société américaine Crayola en 1903, Sakura au Japon lance les premières " Cray-pas" en 1925 ;
dans les années 30, Talens propose sa craie Panda
Dans le même temps, Caran d'Ache commence dès 1965
le développement du Néopastel ( semble t'il sous la demande de Miro)

Il "descend" en ligne droite de la peinture à l'encaustique, qui est avec la peinture à tempéra ( à l’œuf) l'une des plus anciennes techniques de peinture.
Utilisée dès l’Antiquité chez les Égyptiens pour la peinture des sarcophages et pour les peintures murales chez les Romains.

Les couleurs sont préparées avec des pigments dissous dans de la cire fondue et appliquées ensuite à l’aide de spatules ou de différents outils chauffés permettant de maintenir la cire liquide, le plus souvent sur un support en bois (support qui doit être aussi  maintenu à bonne température afin d’éviter le durcissement total des couches de cire).
C’est une technique lente et difficile.

Les plus beaux tableaux à l'encaustique ont été retrouvés à partir de 1888 au Fayoum en Egypte. Ce sont les plus anciens tableaux de chevalet.

Ces " portraits du Fayoum"  ( plus de 1 000 ont été découverts) datent des premiers siècles de notre ère ( du I° au IV° s.) ; ils étaient peints du vivant du modèle ( ils montrent donc la plupart du temps des personnes jeunes ), réalisés généralement à l'encaustique, quelquefois à tempera sur une planchette de bois (tilleul importé, figuier, cèdre, ou sycomore).
Placés en correspondance avec la tête du mort, ils étaient glissés dans l'appareil de bandelettes ou plus rarement posés à côté de la momie.

Le peintre en plus de l'or, n'utilisait que quatre couleurs ; le noir, le rouge et deux ocres ; les pigments naturels étaient mélangés à chaud à de la cire d'abeille, avec de l'huile de lin ou de l'œuf et le mélange ainsi obtenu appliqué immédiatement sur de la toile de lin ou du bois. Les larges surfaces (fond et vêtements) étaient traitées à la brosse, et le visage était achevé à la spatule (Des spatules chauffées venaient à la fin du travail préciser les nuances et les dégradés).

  Portrait-du-Fayoum-Louvre-702x1024
Portrait de femme

et une explication sur cet article bien fait ,voir ici

Je vous laisse naviguer sur le net en admirant ces portraits qui au delà de la technique difficile avec laquelle ils sont réalisés, montre une vraie présence de ces visages tous différents, puisque donc très réalistes et si poétiques à la fois.

Mais ne croyez pas que la peinture à l'encaustique a dit son dernier mot!
Des artistes continuent de l'utiliser dans leurs créations.
" Allez faire un tour ", par exemple,

chez Igor Bitman, notamment sur ce site : ici
mais sur d'autres galeries virtuelles aussi qui présentent son travail à l'huile ... et à l'encaustique.

Admirez !

 

2 Thoughts on “La peinture à l’encaustique …

  1. C’est juste magnifique !!! Et 2000 ans plus tard, ces portraits n’ont rien perdu de leur éclat de leur intensité ! Magique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation