...
L'eau en petite quantité n'a pas de couleur ...  elle est transparente, fluide, "insaisissable"  et facilement  " en mouvement"...

houle1
Aquarelle  ...  Ch. Lopez Rascol

Si nous avons évoqué la couleur de l'eau et de la mer en particulier ( voir ici ), il nous faut nous intéresser aussi à sa structure et tenir compte de plusieurs paramètres :

* L'eau de la mer, l'eau du lac .... même si elle reste fluide, devient “masse ; nous devons la considérer   semblable à un solide, avec une surface horizontale (toujours horizontale ! )
C'est un plan où nous retrouverons comme sur la terre, des règles de perspective à respecter.

 * Si la surface de l'eau n'est troublée par aucun mouvement, elle fonctionne comme un miroir. Elle va refléter l'image de ce qui l'entoure ...
Il est donc utile de s'intéresser aussi  à la perspective et à la construction des reflets.

  * Dès que l'eau se “met” en mouvement, elle va le faire selon une structure bien précise et des ondulations plus ou moins importantes vont imprimer à la surface de l'eau des “creux et des bosses” qui sont pour le dessinateur et le peintre ... rien d'autre que des drapés.

Peindre la mer, c'est donc est aussi peindre des drapés.

  * Les mouvements qui impriment des oscillations à la surface de l'eau sont de forme cylindrique :
A réviser donc : les cylindres et leur mise en perspective.

Quelques articles où ces sujets ont été déjà abordés :
notamment, les reflets ( ici),
les drapés ( là)

...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation